« AUX CHAMPS » de Guy de Maupassant

par | Août 8, 2022 | maria lit | 0 commentaires

 

AUX CHAMPS de Guy de Maupassant :
La nouvelle « Aux champs » de Maupassant prend place dans le recueil intitulé « Les contes de la bécasse » . Elle fait certainement partie des récits les plus crus et des plus cruels de l’auteur ce qui, pour Maupassant, n’est pas peu dire…
En la relisant, je me rends compte qu’elle illustre tout-à-fait un des débats autour de l’adoption : celle-ci fait-elle ou pas le bonheur de l’adopté ? L’enfant adopté aurait-il mieux vécu dans sa famille d’origine ?
D’abord, un petit résumé de cette courte nouvelle qu’une fois lue, vous n’oubliez pas… Au dix-neuvième siècle, les Tuvache et les Vallin vivotent misérablement dans deux fermes voisines. Leurs enfants, nombreux, jouent ensemble toute la journée. Un jour, une calèche amène un couple de bourgeois sans enfants près de leurs deux maisons. La dame se prend d’affection pour les petits et finit par demander aux Tuvache de leur laisser leur jeune Charlot contre une rente et la promesse de l’élever comme leur enfant et de lui laisser leur héritage. La mère Tuvache, indignée, refuse : « J’vends point mon p’tiot ! ». La bourgeoise s’adresse alors aux Vallin qui, contre rente et divers avantages, laissent partir leur petit Jean. La mère Tuvache va, pendant de longues années, reprocher la vente de Jean aux Vallin et s’enorgueillir de n’avoir point abandonné son enfant. Charlot qui n’a pas été vendu grandit et trime durement dans la ferme. Un jour, une calèche s’arrête devant chez les Vallin et en descend un beau jeune homme bien nourri et bien habillé qui se trouve être leur fils Jean. Charlot le voit. Le soir même, il fait une scène à ses parents effarés et choqués, leur reprochant de l’avoir gardé et de l’avoir empêché de vivre la belle vie que connaît le fils des voisins : « Des parents comme vous, ça fait le malheur des enfants ! » leur assène-t-il. Et, de rage, il fait son baluchon et les quitte pour, dit-il, ne plus revenir.
Vous pouvez lire la nouvelle dans son texte intégral sur Internet.
Alors ? La mère Tuvache aurait-elle dû vendre son enfant ? A-t-elle fait son malheur ? Est-elle blamable ?
La cruelle complexité de la vie dans toute sa splendeur.

Author: Maria Briffaut

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles liés

Maria Briffaut