« La nostalgie de l’ange » ou, en anglais « Lovely bones »

par | Mar 12, 2022 | maria lit | 0 commentaires

 

Il y a quelque temps, j’avais chroniqué pour vous «La vie devant ses Yeux » de Laura Kasiscke »

Aujourd’hui, je vous parlerai de « La nostalgie de l’ange » de Alice Sebold dont le thème, bien différent, présente tout de même des analogies avec celui du livre de Laura Kasiscke. Lesquelles ? Ne comptez pas sur moi pour vous le dire, il faudra lire les deux ouvrages pour le savoir !! Ce que vous, Mesdames en particulier, ne devriez pas manquer de faire, vous en tireriez beaucoup de plaisir.

« La nostalgie de l’ange» (je n’aime guère le titre français) est sorti en 2002 aux Etats-Unis sous le titre original « Lovely bones ». Il a été transposé au cinéma en 2010, l’adaptation étant assez réussie sans atteindre la profondeur de l’ouvrage.

Dès le début, nous plongeons dans l’horreur : la jeune Susie, quatorze ans, est violée et tuée par un voisin de sa famille qui cache le corps de l’adolescente dans un vieux frigo jeté dans une décharge. On ne le retrouvera pas. Sa famille, la police, des volontaires, vont longtemps chercher Susie, en vain. Ils ne sauront jamais quel sort a été le sien.

Susie, du coin de paradis où elle se trouve, va les regarder vivre l’angoisse, le chagrin, le désespoir. Elle assiste, invisible, à l’enquête. Longtemps, elle observera ses parents souffrir. Elle verra grandir sa sœur et son petit frère, traumatisés par sa disparition. Elle va les regarder lentement cicatriser leurs plaies, se chercher, errer puis devenir des adultes pleinement responsables.

« La nostalgie de l’ange » est un livre poignant sur la souffrance et le deuil. Il nous livre aussi une réflexion sur le caractère précieux de la vie, sur la rédemption et la résilience.

Author: Maria Briffaut

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Articles liés

Maria Briffaut